Un mois SANS téléphone !

Bonjour mes petits Bourgeons !

Aujourd’hui nous sommes le 1er mars 2018, et d’un coup, ça m’a paru être un bon jour pour commencer un petit défi qui me tient à cœur depuis quelques mois…

Vivre sans téléphone portable ! Sacrilège !

smartphone-2493419_960_720

Pourquoi

  • Tout d’abord parce que l’arrivée du téléphone portable est vraiment récente dans l’histoire de l’humanité (il ne s’est réellement démocratisé qu’entre 1996 et 1998), c’était il y a une vingtaine d’année seulement ! Autant dire que nos parents… Hé bien ils ne connaissaient pas ça quand ils étaient jeunes… Voixdelasuperaddict : Non mais comment ils ont fait pour survivre quoi ?! Aujourd’hui je me rends compte que ce petit bout de plastique fait partie intégrante de ma vie et que je ne pourrais plus m’en passer. Enfin si pendant un mois du coup… Mais ça me semble être le bout du monde ! D’un autre côté, si cette expérience apporte ses fruits, je penserais certainement à m’en débarrasser définitivement. Entre les ondes, les forfaits, les réseaux, la mode… Pffff… Je ne perdrais pas grand chose. Je dis ça mais… peut être que je ne vais même pas tenir 3 jours sans LUI !
  • Ensuite parce que ce petit truc insignifiant est terriblement chronophage. Si ce n’est pas pour écrire un message, c’est pour parler au téléphone avec une personne qu’on voit le lendemain, pour flâner sur internet au lieu de lever le nez vers le monde extérieur… Combien de fois va-t-on regarder son écran pour savoir s’il/elle a répondu, avant d’entendre enfin la petite sonnerie. Combien de fois on va l’allumer juste pour regarder l’heure pour ensuite s’apercevoir qu’on ne sait toujours pas quelle heure il est…
  • Pour ces émotions pas toujours positives : l’impatience juste après l’envoi d’un sms, la culpabilité de ne pas décrocher un appel, le sentiment d’incompréhension, les quiproquos, les disputes lorsqu’on tente de “s’expliquer” par texto, l’impression d’être obligé de répondre, alors qu’on en a pas forcément l’envie. Vu de l’extérieur, le téléphone portable a tout l’air d’une expérience pas facile à vivre…
  • On est fliqué ? Vous croyez qu’on écoute tout ce qu’on dit au téléphone et qu’on lit nos sms ? Je suis très très mitigée à ce sujet, mais… Et si c’était vraiment le cas… Rien que l’idée est flippante !
  • On ne s’autorise plus la paix à soi même. Parce que nous ne sommes pas tous capable de couper notre téléphone la nuit ou pendant les vacances par exemple, on s’oblige à être joignable et disponible à toute heure de la journée, tout le temps…
  • Les ondes électromagnétiques… Malheureusement leur danger n’est plus à prouver, bien que l’Etat s’efforce de nous faire croire qu’elles ne sont d’aucun danger, il crée tout de même un site internet dédié à la prévention des ondes. Mais dont personne n’a entendu parler évidemment : www.radiofrequences.gouv.fr . (Source : Journal “L’Âge de Faire” N°128 du mois de mars 2018)

Cependant, mon but n’est pas de diaboliser le téléphone portable.

Il est évident qu’il s’est révélé d’une extrême utilité et que ce sera le cas encore longtemps, ne serait ce que pour les urgences, prévoir un rendez vous à la dernière seconde, la liste est très loooongue…. Cependant il est important de considérer les deux faces d’une même pièce avant de l’adopter… C’est ce que je m’applique enfin à faire avec cet article. Avec 15 ans de retard.

Ma consommation actuelle

  • Je ne suis pas une grande adepte des réseaux sociaux, je n’en ai donc aucune trace dans mon téléphone, pas d’application Facebook, Twitter et j’en passe.
  • Je m’en sers donc pour appeler (ce que je fais uniquement pour organiser un événement à court terme, auquel cas il faut se montrer efficace !)
  • J’écris une dizaine de sms par jour, en période creuse, mais ça peut augmenter de manière significative si je me lance dans un débat avec une personne qui, si elle aussi, a du temps pour papoter.
  • Je flâne sur internet, ça oui… On va dire 1h par jour. Puisque le reste du temps je suis encore sur un écran, entre l’ordinateur au bureau et chez moi…

En deux mots : je qualifierais ma consommation du smartphone légèrement supérieure à la moyenne qui est de 26,6 fois par jour pour les français (et de 50 fois par jour pour les jeunes de 18 à 24 ans).

Bon, on y est : j’éteins mon téléphone !

A l’origine je voulais me lancer dans un petit défi de 30 jours, on est le 1er, je commencerai demain, car ce matin ce n’est pas la première idée que j’ai eu en me levant que de couper mon téléphone. Donc c’est officiel, je coupe le fil du 2 au 31 mars 2018.

Oh mon Dieu !

Ah ! Réception d’un dernier message avant le silence radio, auquel je dois répondre évidemment, ça ne se fait pas de faire attendre quelqu’un… Mouhaha

L’auteur de cet ultime sms est donc la seule personne, à présent, à connaître mon défi. Et ça n’avait vraiment pas l’air de l’enchanter ! En même temps cela se comprend, de nos jours, qui aurait l’idée saugrenue de couper son portable pendant un mois, comme ça, pour le fun. Si on m’annonçait ça, je le prendrais plutôt comme un “Tu sais… toi et moi on a pas grand chose en commun, donc bon… je trouve notre amitié un peu inutile, voilà, en fait… Aller Salut !”.  Je lui réponds brièvement, tout en sachant que je prendrai le temps de lui expliquer la démarche plus tard.

Ceci étant fait, nous y sommes : j’appuie sur le bouton d’alimentation de mon smartphone. Je vois le mot “éteindre”… je le touche avec un profond soupir… Je me rends compte que ce n’est que du soulagement.

Je me sens coupée du monde.

Mais Libre.

 

Bon…

La phase organisation peut commencer !

Les premiers “problèmes” qui me sont venus à l’esprit et mes solutions :

  • J’ai plusieurs rendez vous prévus dans les jours qui suivent, donc ceux sont ces personnes que je vais prévenir et contacter en priorité. Il me faut une date, un lieu et un horaire précis ! La vie c’est simple ! Cependant je suis heureuse d’avoir mon Bullet Journal pour me soutenir ! (J’y note à peu près tout de ma vie, mais je vous en parlerai plus en détail dans un autre article).
  • Ho… ho… ! J’ai pas de réveil. Bon : soit je mets mon téléphone en mode Avion, mais je pense que la tentation de désactiver cette option serait vraiment trop grande : “mais c’était juste pour voir si on a pensé à moi…”. Donc je vais, de ce pas, mettre cette vilaine chose dans un placard ! Voilà ! Soit… je peux utiliser ce vieux réveil qui fait un boucan du diable et le mettre dans une autre pièce la nuit, avec un peu de chance sa sonnerie est aussi puissante que son tic-tac… Dieu merci, je suis en vacances pour encore quelques jours !

Je crois que j’ai fait le tour…

Oui oui ! Sincèrement. Peut être que je ne suis pas très prévoyante pour l’instant, mais je suis en vacances, je prends le temps, je m’imagine seule et libre, ça me fait tellement de bien, j’ai déjà toute une tripotée d’envies ! Passer 4 heures dans une bibliothèque, aller sonner chez un ami juste pour voir si cette vieille technique marche encore de nos jours, peaufiner le grand désencombrement de mon appartement, faire des tonnes de recherches pour le blog, planter des graines de monnaie du pape, belle de nuit, mandarine… Bref plein de truuuuucs !

Mais… Du coup… Est ce que le manque de smartphone ne va-t-il pas exacerber ma consommation internet ?

En toute honnêteté : c’est fort probable. En effet, mes seuls moyens de communication sont dorénavant le face à face, Facebook et les Mails… Ha oui et le courrier ! Mais bon… C’est un peu long juste pour aller boire un verre…

Étant donné que je ne croise pas tous les jours mes amis inopinément dans la rue, je risque d’être un poil plus présente sur la toile, effectivement.

Autant en profiter pour peaufiner ce défi ! Je ne pense pas avoir besoin de m’imposer des plages horaires spéciales “consommation internet” car, bien que jeune et en vacances, mes activités sont variées ! (Mais oui ! j’aurais pu être une geekette ! La toile est si riche et vaste…).

Cependant, mettre en place des horaires précises de consultation des messages sur internet sauraient m’imposer un cadre dont je pense avoir besoin. Déjà ça me rassure de planifier, surtout dans un contexte totalement inconnu (je vous rappelle que je viens de couper mon téléphone, HAAAAA !!!), et puis ça me permettra clairement de ne pas passer la journée avec le nez collé sur mon ordi dans l’attente d’un message !

Alors disons…

  • 11h : autant pour prévoir avec qui je mange à midi que pour planifier la soirée.
  • 16h : juste avant de quitter le travail, pour savoir qui je rejoins où pour “l’After Work” (hé oui… j’aime la bière, c’est mon petit péché mignon…)
  • 21h : avant d’aller dormir pour les prévisions du lendemain

Toutes les 5h ! Très bien : je suis satisfaite !

Bien entendu je vous tiendrai au courant de la réussite (ou de l’échec !) de ce vaste programme !

 

D’ailleurs, mes petits Bourgeons, auriez vous déjà tenté l’expérience par le passé ?

Ou peut être l’envisagez-vous ?

Contez-moi donc ! ♥

 

6 Replies to “Un mois SANS téléphone !”

    1. J’imagine ! Cependant à l’heure actuelle, comment s’en passer ? Nos smartphones font partie intégrante de la vie humaine aujourd’hui… J’aspire tellement à plus de « naturel » dans les habitudes et les relations… Merci pour ce message 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s